Valentina Jarnjak Glavas: "C'est la première fois que Bandic se met à genoux devant les facteurs politiques sans importance"

Pendant quelques heures, la session constitutive de l’Assemblée de la ville est prévue, ou peut-être la première tentative pour l’établir. Zlatko Hasanbegović visite mercredi à Bujici a annoncé que l'Assemblée ne constituerait pas encore d'entamer des négociations des partenaires potentiels de la coalition, Milan Bandic, le HDZ, et la liste de Bruno ESIH. Attendrons-nous d'ici la fin juillet ou Bandic trouvera-t-il d'autres partenaires?! Ceci et d'autres sujets connexes a commenté nous sommes avec l'éditeur sur le réseau TV et journaliste qui, depuis plus d'une décennie surveille la politique Zagreb - Valentin Jarnjak Glavas.

Qu'attendez-vous de la session constitutive de l'Assemblée de la ville qui commence dans quelques heures?

Qu'est-ce que j'attends? Je suis habitué à ne rien attendre, surtout en ce qui concerne la ville de Zagreb ou le maire Milan Bandić. Quand il est concerné, quand il est le maître du mot, surtout quand il est si silencieux qu'il se tait maintenant quand il s'agit de toutes les combinaisons, tout est possible. Je pense que l'Assemblée sera constituée, mais pas la première. Tout se passe dans cette direction, nous le voyons et son changement de position autour de la place du maréchal Tito, même si je pense que c'est une erreur politique horrible pour lui.

Pourquoi?

Peu importe ce que je dis que je ne pense rien parce que tout est possible quand il est oo Zagreb et Bandic, jamais, ou du moins très rarement, pour autant que je suis son travail et l'Assemblée, signifie que les dix dernières années, ne sont pas hors de propos des facteurs politiques, mais soyons réel - une nouvelle force qui a émergé à Zagreb sont encore insignifiants, même avec 6 pour cent et jeté le nombre de votes reçus, pas cassé publiquement et agenouillés. En réalité, son discours devant l’Académie de musique était à genoux, et ce n’est pas agréable de le voir d’un homme adulte qui est déjà le sixième maire de la capitale.

Pourquoi a-t-il fait ainsi - n'a pas eu de second choix, alors il est tombé sous la pression de Bruno Esih et du HDZ, ou quelque chose d'autre, un autre accord que nous ne connaissons pas encore?

Peut-être, juste peut-être, il y a une possibilité qu'il est pour les citoyens de cette manière ont essayé, au moins en apparence, bien sûr, de savoir qu'ils sont les plus importants, de sorte qu'il ne puis veut pas faire de compromis en raison de la place Tito Marshall et envoyé à une autre élection. Mais soyons réalistes, Milan Bandic ne veut pas aller à une autre élection. C'est la dernière option. Maintenant, comment il « épinards » pour sa décision, sa décision modifiée, je pense que nous savons tous ses grands discours sur l'auto-immolation sur la place Ban Jelacic, sur toutes sortes de promesses, après les insultes des journalistes quand il est tout osé poser la question pourquoi n'a pas rempli les promesses parce que En général, les journalistes sont coupables de ne pas avoir tenu leurs promesses parce que nous sommes malveillants. Mais je ne veux pas entrer dans les raisons pour lesquelles il l'a fait et comment il justifier, je dis simplement que cela est la première fois qu'il est directement montré la faiblesse et se mit à genoux devant des facteurs politiques hors de propos de façon réaliste.

Il a assisté à Radio Sljeme sur le thème de l’Assemblée, de la Coalition et du Trompette, le Maréchal Tito, et s’est senti très mal à l'aise avec le journaliste, qui lui a posé des questions tout à fait légitimes. Est-ce que cela montre de l'anxiété à propos de cette situation à Zagreb?

Nous ne pouvons que revenir au fait qu'il est le seul à ne pas aider les nouvelles élections à Zagreb, au moins. Je ne pense pas que même le SDP devrait avoir peur des nouvelles élections comme Milan Bandic, parce que pire que cela ne peut pas passer, tout cela dit.

Pensez-vous qu'il irait encore pire?

Tout le monde parle du pire que le HDZ a passé des mandats à l'Assemblée, le pire du SDP, mais le pire était Milan Bandic. Il a perdu ses voix, il a perdu son mandat. Ainsi, son peuple et ses estimations qu’il veut présenter à l’Assemblée, les citoyens croient de moins en moins. Il faut parler de personne qui devrait s’inquiéter parce que les chiffres le montrent.

Si et quand ils sont constitués, sera-ce une coalition de Bandic-Esih-HDZ ou de quelqu'un d'autre? Je pense que le HDZ est sûr, mais est-ce que quelqu'un d'autre viendra à la liste de Bruno Esih?

Tout est possible. Mais si le SDP a dit qu'il mettrait le dos à Zagreb et à Zagreb, alors je ne vois pas la différence entre eux et le HNS, et ils le demandent. Ensuite, ils n'ont plus d'argument pour appeler HNS qu'il a fait quelque chose de différent. Deuxièmement, à propos de Darink Kosor, nous pouvons penser aux choses, mais seulement ce que je ne crois pas vraiment que Darinko Kosor a encore fait. Après l'avoir essayé une fois - il a dit que nous allions remettre, collaborer avec Bandic, puis le quitter et ne jamais en dire plus?! Je veux dire, s'il veut aller complètement à la retraite politique, alors il le fera. Deux fois inventer pour revenir avec le même homme, je ne pense vraiment pas que même Darinko Kosor le ferait.

Si cela est convenu et accepté, cela prendra-t-il quatre ans ou nous attendrons-nous des élections anticipées pour un an ou deux?

Si Milan Bandic a quelque chose à nous apprendre, alors c'est le plus fort quand il est le plus faible. Il est guidé par le HDZ - le plus fort quand c'est le plus difficile, donc c'est en fait son logo et son slogan. Ce fut la plus faible à la présidence de Boris Sprem Ville Assemblée, puis était politiquement sur les genoux, il n'y avait pas une manœuvre qui serait soulevée du sol - et dans de telles circonstances, est presque devenu président du SDP, le président croate. Ce pendant son règne de façon convaincante a de nouveau remporté les élections locales, et pourtant il est jamais arrivé à des élections anticipées, sauf quand il est faux qu'un accident de voiture et ce fut la seule fois allé à des élections anticipées. Tout le reste ne lui a jamais fait de mal. D'autre part, pour tout ce qu'il ya pour la première fois, c'est son sixième mandat, lui a obtenu à peine, plus étroitement que jamais et une fois que tout doit tourner, peu importe ce qu'il voulait être maire pour la vie. Mais parfois, les choses tournent et c’est ce mandat - j'en doute.